LEGION ETRANGERE

LEGION ETRANGERE

Loisirs - Armée - Légion étrangére
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'ÉTRANGE CRASH DU VOL UA 93 :

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: L'ÉTRANGE CRASH DU VOL UA 93 :   Jeu 11 Sep 2008 - 8:57

L'ÉTRANGE CRASH DU VOL UA 93 :

Vers 10 h 10, un Boeing des United Airlines s'écrase en Pennsylvanie. Il a décollé une heure et demie plus tôt de Newark (dans le New Jersey, près de New York) à destination de San Francisco. L'appareil a été détourné alors qu'il se trouvait au-dessus de l'Ohio et vole en direction de Washington. A bord, il y a 38 passagers... et 144 sièges vides. N'est-ce pas étrange, alors que les compagnies aériennes se plaignent de la crise et annulent des vols ?

Curieusement, le site du crash, dans une zone rurale du Somerset County, ne présente pas du tout l'aspect habituel des catastrophes de ce genre. Ernie Stull, le maire de Shanksville, une petite localité voisine, déclare : "Lorsqu'on nous a alertés en nous disant qu'un avion s'était écrasé, nous sommes vite accourus. Mais à notre grande surprise, il n'y avait pas d'avion, aucun avion."

Près de l'endroit où se trouve aujourd'hui un mémorial en hommage aux victimes, un grand trou noir profond de six mètres, entouré de barbelés, est tout ce qui subsiste de la tragédie du 11 septembre. Aucun corps n'a été retrouvé sur place. Par contre, des restes humains et des débris jonchaient le sol à douze kilomètres à la ronde. Aucune investigation civile n'a été entreprise. Ce sont des "spécialistes" du Pentagone qui ont identifié les victimes grâce à des analyses d'ADN. Tout le reste est classé "secret défense".

Des témoins ont entendu un bruit de missile, d'autres ont vu un second avion : on n'a pas tenu compte de leurs dépositions.

Il existe une photo prise au moment du "crash". Elle montre un nuage sombre en forme de champignon - c'est exactement le genre de nuage observé lors de certains bombardements américains en Afghanistan. L'avion a-t-il été détruit en vol par un missile ? A-t-on simultanément lancé une bombe pour pouvoir ensuite présenter le cratère comme étant le site de la catastrophe ?

Flight 93 Timeline - la chronologie du vol 93 (une compilation de Paul Thompson).

Le journaliste allemand Gerhard Wisnewski a enquêté de manière très détaillée sur la question et réalisé un reportage (Aktenzeichen 11.9. ungelöst) diffusé en juin 2003 sur la chaîne publique allemande WDR. Wisnewski est également l'auteur du livre Opération 9 / 11.

En décembre 2004, le ministre de la guerre Donald Rumsfeld, dans une conférence de presse donnée à l'occasion de sa "visite" en Irak, parle des "terroristes qui ont attaqué le Pentagone et abattu un avion en Pennsylvanie". Rumsfeld est connu pour ses gaffes révélatrices.

LES MYSTÈRES DE L'ATTENTAT CONTRE LE PENTAGONE :

Cet attentat n'a pu se dérouler de la manière décrite par les autorités américaines. C'est la conclusion qui s'impose après la lecture du dossier présenté par le Réseau Voltaire. A en juger par la faible étendue des dégâts initiaux (les étages supérieurs ne se sont écroulés que 30 minutes après le "crash"), l'avion aurait dû percuter le Pentagone au niveau du rez-de-chaussée, et seul le nez de l'appareil se serait encastré dans le bâtiment. C'est bien évidemment impossible dans le cas d'un Boeing volant, nous dit-on, à plus de 500 km/h. D'autant plus qu'il aurait fallu que l'avion effectue son approche au ras du sol, plus bas encore que sur les photos ci-dessous, et ce sans endommager les abords de l'édifice : route, véhicules, lampadaires, arbres, pelouse, baraques de chantier... (L'angle horizontal de 45 degrés par rapport à la façade est mentionné par la plupart des sources ; un angle différent ne changerait rien au problème.)







Tailles comparées du Boeing (longueur: 47 m; envergure: 38 m; hauteur totale: 13 m)
et du Pentagone (hauteur de la façade: 23 m)


A mourir de rire : dans une "reconstitution du crash" que nous proposent
des "experts" de l'Université Purdue (Indiana, USA),
l'avion va percuter le bas de la façade sans toucher la pelouse.
Le "terroriste" aux commandes de l'appareil s'est surpassé ce jour-là,
lui qui était incapable de piloter correctement un Cessna.

Mais bien d'autres questions demeurent sans réponse :

Exception faite du fragment ci-dessous, dont l'origine est douteuse, personne n'a jamais vu l'épave du Boeing. Où est-elle passée ? Elle ne figure sur aucune des photos, pas même celles prises avant l'effondrement des étages supérieurs, c'est-à-dire au plus tard une demi-heure après le "crash". A-t-on pu escamoter si vite ce qui subsistait de la carlingue et des ailes ? Et pour quelle raison ?... On a également prétendu avoir retrouvé un phare de l'avion et les boîtes noires. Mais on se garde bien de les montrer ou de publier leur contenu.



  • On a prétendu plus tard que la carcasse de l'appareil s'était "volatilisée" ou "évaporée" sous l'effet de l'extrême chaleur. Explication passablement abracadabrante quand on sait que l'alliage d'aluminium utilisé dans l'industrie aéronautique a une température d'ébullition d'environ 2500 degrés C. Or, le kérosène en combustion dégage une température bien inférieure et de toute manière, on nous dit que l'explosion s'est produite hors de l'édifice (voir la photo un peu plus bas). Mais comme par magie, tout ce qui se trouvait autour du Boeing "disparu en fumée" est demeuré à l'état solide et il a été possible, paraît-il, d'identifier les victimes, y compris celles qui se trouvaient dans l'avion désintégré ! Les gars qui ont mis au point cette fabuleuse technique d'analyse de l'ADN "gazeux" sont assurés d'avoir le prochain Prix Nobel...
  • Par quel miracle les invisibles boîtes noires, le mystérieux phare et le morceau de métal qui nous est présenté ont-ils pu échapper à la destruction totale ? Comment se sont-ils détachés de l'avion ?
  • Y a-t-il des témoins sérieux du crash ? Beaucoup de témoignages plus ou moins vagues parlent d'explosion violente, de boule de feu, de rideau de fumée. Mais quelqu'un a-t-il vu un Boeing s'écraser ?


  • Un des rares témoins précis, Steve Patterson, affirme dans le Washington Post avoir observé un "avion pouvant contenir huit à douze personnes" se diriger vers le Pentagone. Selon le journal, l'homme qui habite au 14ème étage d'un immeuble de Pentagon City aurait vu l'avion passer sous sa fenêtre à une distance de 150 mètres, survolant le cimetière d'Arlington à six mètres du sol, comme s'il voulait atterrir sur l'autoroute I-395. Un coup d'oeil sur le plan du quartier permet de constater que ce témoignage ne tient pas debout, ou que les chiffres cités sont fantaisistes. Patterson, s'il existe (recherches Internet infructueuses), a sans doute vu quelque chose, mais certainement pas un Boeing 757, et pas comme il le décrit. Le journaliste Raphaël Meyssan pense qu'il s'agit d'un missile - voir plus bas. (Tom Seibert, un des témoins vagues cités par le Washington Post déclare qu'il a entendu "comme un bruit de missile".)


    Pentagon City (un quartier de la ville d'Arlington, Virginie) se trouve au sud de la 395 (en bas à droite).
    La distance la plus courte entre ce quartier et le cimetière d'Arlington est de 500 m.
    Washington, DC est un peu plus à l'est, sur l'autre rive du Potomac (en haut à droite).
    C'est la façade ouest du Pentagone qui a été endommagée.
    (route 244 = Columbia Pike / Fort Myer = Navy Annex)

  • Un autre témoin, Kirk Milburn, également cité par le Washington Post dit avoir entendu et vu un avion voler en direction du Pentagone. Milburn était alors au volant de sa voiture et venait de quitter l'autoroute par la sortie conduisant vers le cimetière d'Arlington. Il aurait vu voltiger des débris et entendu un bruit genre "whoosh whoosh" suivi d'une seconde (?) explosion. Mais il ne parle pas, lui non plus, de Boeing. Qu'a-t-il vu exactement ? Un journaliste a-t-il tenté de retrouver ce témoin dont le lieu de résidence est inconnu ? L'homme travaille paraît-il pour Atlantis Co. Cette entreprise existe-t-elle vraiment ? Faites une recherche Internet et informez-moi...
  • Les autres témoins cités par la presse sont des militaires ou des gens qui étaient ailleurs: dans leur bureau d'où ils ne pouvaient rien voir; dans le métro qui passe à l'est du Pentagone; sur le pont du Potomac, également à l'est, à plus d'un kilomètre de là, etc., etc... Et pourtant c'est sur ces "témoins" que se fonde la presse alignée, Le Monde et Libération en tête, pour dénigrer le travail de recherche effectué par le journaliste Thierry Meyssan dans son livre L'effroyable imposture.

    Gerard Holmgren passe ici au crible les principaux témoignages : 1ère partie - 2ème partie.
La version officielle, colportée par le Washington Post, prétend que l'avion s'est écrasé sur l'héliport situé devant le Pentagone, et que le bâtiment a été transpercé par l'impact du Boeing. De toute évidence, cette affirmation est inexacte. Voir ici

Les photos prises depuis le satellite Ikonos et diffusées par la société Space Imaging sont claires à cet égard:


28 décembre 2000


12 septembre 2001:
on ne voit aucune trace d'un crash aérien aux abords de l'édifice;
les traînées noires sur le toit et dans les cours intérieures sont dues à l'incendie;
les anneaux intérieurs A, B, C et D sont apparemment intacts



20 novembre 2001:
les travaux en cours suggèrent que le Pentagone a été détruit en profondeur;
comme au WTC, la démolition précipitée a permis d'effacer toute trace gênante

Source: http://www.spaceimaging.com/newsroom/attack_gallery.htm#pentagon_post




Ces clichés disponibles sur le site du Pentagone montrent
que seul l'anneau extérieur E présente des traces de destruction
(les autres anneaux ont été touchés par un incendie)

Voici deux photos prises le 11/9 entre 9 h 40 et 10 h 10 :
(les étages supérieurs ne se sont pas encore effondrés)



C'est dans ce trou de 3 mètres que le Boeing s'est volatilisé ?
- agrandissement -
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'ÉTRANGE CRASH DU VOL UA 93 :   Jeu 11 Sep 2008 - 8:58

Photo prise le 11/9 après 10 h 10 :

Pelouse intacte malgré le crash ?


Cette photo publiée avec six mois de retard (mars 2002 - source: http://www.defenselink.mil/photos/Other/Pentagon/) aurait été prise par une caméra de surveillance du Pentagone.
Si l'explosion s'est produite à l'extérieur de l'édifice, comme on le voit ici, l'avion n'a pas pu se volatiliser à l'intérieur sous l'effet de la chaleur, d'autant plus que la température dégagée aurait été bien insuffisante. Mais rien ne prouve, bien sûr, qu'il s'agit de l'explosion d'un avion.
Quatre ans plus tard, en mai 2006, le gouvernement US publie la "vidéo complète" d'où sont tirées ces images. Malheureusement pour les défenseurs de la théorie officielle de la conspiration islamiste, on n'y voit toujours aucun Boeing.

[Les bandes vidéo des autres caméras de surveillance placées aux environs du Pentagone (station-service, autoroutes, hôtel Sheraton situé à l'angle de Columbia Pike et de South Orme Street - voir le plan un peu plus haut) ont été confisquées par le FBI dès le 11 septembre et n'ont jamais été publiées. On ne sait rien non plus des autres caméras montées sur le Pentagone et la Navy Annex.]

On nous dit que le Boeing disparu (vol AA 77 Washington-Los Angeles) a fait demi-tour au bout de 40 minutes de vol pour revenir vers Washington. Ce qui signifie en clair qu'après avoir changé de cap, il a pu voler pendant 40 autres minutes sans être stoppé par les F-16 de la chasse américaine, et qu'il s'est ensuite bien tranquillement écrasé contre le Pentagone en prenant soin de ne laisser aucune trace. Scully, Mulder, à vous de jouer...

D'autre part, certains journaux ont écrit que l'aile touchée était en cours de réfection. Y a-t-il vraiment eu 125 victimes ? La liste officielle est bien entendu invérifiable, contrairement à celle du WTC.

Sommes-nous en réalité victimes d'une gigantesque mise en scène ? Voir Mystification : les attentats

Thierry Meyssan, du Réseau Voltaire a été un des premiers à exprimer des doutes quant à la version officielle.

Voir son livre L'effroyable imposture - Aucun avion ne s'est écrasé sur le Pentagone et le texte de la conférence qu'il a prononcée le 8 avril 2002 à Abu Dhabi : Qui a commandité les attentats du 11 septembre ?

Selon une enquête menée par Raphaël Meyssan (asile.org), les dégâts causés au Pentagone seraient dus à un tir de missile. De nouvelles photos semblent étayer cette version des faits.

Quoi qu'il en soit, une culpabilité ou complicité de milieux américains dans l'attentat de Washington paraît de plus en plus probable.

Mais une autre question se pose : si l'avion mystérieux ne s'est pas écrasé sur le Pentagone, qu'est-il devenu ? Une réponse possible serait que des F-16 l'aient "escorté" en direction de l'océan et qu'un "regrettable accident" se soit alors produit. On objectera que ces appareils militaires n'ont décollé qu'après 9 h 38, heure de l'attentat, mais en fait nous ignorons si cette information est vraie. Et puis, le Boeing AA 77 a très bien pu être abattu plus tard. L'intervention de chasseurs n'est d'ailleurs pas indispensable pour obliger un avion à suivre une direction donnée ni pour provoquer sa destruction (voir Mystification : les attentats).

Le Réseau Voltaire nous propose une intéressante étude de texte : la chronologie de l'attentat contre le Pentagone à la lumière des dépêches de l'AFP.

DE PLUS EN PLUS DE SCEPTIQUES :

Le journaliste américain indépendant John Kaminski dénonce la supercherie : The official version of 9/11 is a hoax

Ce site américain met lui aussi en doute la version officielle : ThePowerHour.com

Reopen 9/11 - Catch the Real Terrorists - site de l'Américain Jimmy Walter.

Voir également cette très intéressante et très plausible synthèse des événements du 11/9 - par "Snake Plissken" (présentation : Carol Valentine)

Deux sites très complets sur la question : Serendipity - Unanswered Questions

115 mensonges sur les attentats du 11 septembre par David Ray Griffin.

L'acteur américain Charlie Sheen rejette l'invraisemblable version officielle du 11/9. (Le réalisateur David Lynch et l'acteur James Brolin le rejoindront un peu plus tard.)

En français : Le grand bluff (format pdf - 1,4 mo) - une étude très détaillée de l'historien Sacha Sher.

La Terreur fabriquée, made in USA - 11 Septembre, le mythe du XXIe siècle
par Webster G. Tarpley (format pdf - 1,9 mo).

Le général Léonid Ivashov (ancien chef d'état-major des armées russes) : Les attentats du 11 septembre sont une mise en scène (Réseau Voltaire). Entre-temps, Vladimir Poutine (premier ministre) et Dimitri Medvedev (président) partagent ce point de vue, même s'ils ne l'expriment pas encore ouvertement - voir cette interview de Thierry Meyssan à ReOpen911 (août 2008). En règle générale, les hommes politiques des pays indépendants de Washington sont du même avis et n'hésitent pas à le dire en public (sans que la presse occidentale s'en fasse l'écho). Il est probable que la plupart des autres politiciens étrangers pensent la même chose, mais que la raison d'Etat et l'emprise de la pensée unique leur imposent le silence.

Réaction à l'imposture du 11 septembre : l'action en justice de l'avocat américain Stanley Hilton
(chances de succès : à peu près nulles)

Une petite sensation : le 6 août 2005 (près de quatre ans après le crime du 11 septembre), le journal anglais à grand tirage Daily Mail consacre trois pages entières de sa version papier (malheureusement rien sur son site Internet) au livre 9/11 Revealed : Challenging The Facts Behind The War On Terror, de Ian Henshall et Rowland Morgan. Dans ce livre, les auteurs posent en gros les questions qui figurent ici. Bien sûr, le journaliste du Mail, Tony Rennell enveloppe ses propos des habituelles fadaises "anti-conspirationnistes", mais on sent que c'est un peu à contrecoeur. En tout cas, c'est la première fois que le grand public peut lire une chose pareille dans la presse mainstream - détails. Il ne serait pas mauvais que les autres journaux suivent cet exemple - y compris et surtout les grands titres français. Mais il vaut mieux ne pas se faire d'illusions : ce qui est plus vraisemblable, c'est une prochaine mise au pas du Mail.

En mai 2006, presque cinq ans après l'attentat, il ne fait plus guère de doute que c'est un missile qui a détruit le Pentagone - lire ici un article très documenté de Pierre-Henri Bunel : L'avion magique.

Eminem et deux autres rappeurs US dénoncent l'imposture du 11/9

Loose Change : dans ce documentaire disponible sur Internet et en DVD, l'Américain Dylan Avery et son équipe récapitulent les principales absurdités de la théorie officielle du complot islamiste. Malgré le silence des grands médias, plus de 80 millions de personnes ont vu ce documentaire en 2007.

30 novembre 2007 : Francesco Cossiga, ancien président de la République italienne, déclare dans une interview au Corriere della Sera que l'attentat du 11 septembre "a été planifié et réalisé par la CIA américaine et le Mossad, avec l'aide des milieux sionistes, afin de pouvoir accuser les pays arabes et pousser les puissances occidentales à intervenir en Irak et en Afghanistan."

Février 2008 : l'actrice Marion Cotillard - qui venait juste de recevoir un Oscar à Hollywood - met elle aussi en doute la théorie officielle du complot islamiste.

Avril 2008 : le professeur Richard Falk, rapporteur spécial du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, appelle à la création d'une commission d'enquête internationale sur le rôle des néo-cons dans les attentats du 11 septembre - détails. Pour le punir de son audace, les néo-cons lui interdisent l'entrée sur le territoire israélien (y compris dans le cadre de ses fonctions). En 2007, Richard Falk, qui est lui-même juif ("Juif honteux" selon la définition sioniste), avait comparé aux méthodes nazies la politique israélienne de répression collective pratiquée à Gaza, et parlé à ce propos de "tendances génocidaires" et d'"Holocauste palestinien".

Juin 2008 : Karen Johnson, membre du Sénat de l'Arizona, réclame une enquête sur les événements du 11/9. Au parlement d'Ottawa, les députés néo-démocrates canadiens mettent en cause l'administration Bush dans les attentats.

Septembre 2008 : à temps pour le 7ème anniversaire des auto-attentats, l'humoriste et chanteur Jean-Marie Bigard réfute la théorie officielle du complot islamiste. Il déclare sur Europe 1 qu'aucun avion ne s'est écrasé sur le Pentagone (et que Ben Laden est mort depuis longtemps).

Le programme qu'aucune télévision occidentale ne peut se permettre de diffuser - La télé russe ose.

Résister au mensonge par Thierry Meyssan (Réseau Voltaire).

Le 11 septembre au théâtre - pourquoi pas ?... Voici une petite pièce en cinq actes du Dr Anonymus : 11 septembre 2001, la farce cachée et le drame occulté - on aimerait partager l'optimisme de l'auteur.

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ÉTRANGE CRASH DU VOL UA 93 :
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] Crash Opera 9.7 rev. 35541 suite a fixOperaFlash
» [Gaiman, Neil] L'étrange vie de Nobody Owens
» [INFO] Crash-test et autres
» [Ormesson, Jean (d')] C'est une chose étrange à la fin que ce monde
» [Stevenson, Robert Louis ] L'étrange cas du Dr Jekyll et de M. Hyde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGION ETRANGERE :: Histoire-
Sauter vers: