LEGION ETRANGERE

LEGION ETRANGERE

Loisirs - Armée - Légion étrangére
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Melbourne team par team

Aller en bas 
AuteurMessage
freitas
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR
avatar

Nombre de messages : 26029
Age : 54
Emploi/loisirs : De tout
Humeur : bonne !!
Date d'inscription : 02/11/2007

MessageSujet: Melbourne team par team   Mar 31 Mar 2009 - 1:43

Brawn - Button P1, Barrichello P2

Brawn est une fausse écurie débutante mais quand même ! Aller à la première course avec sept jours de roulage avec la nouvelle voiture, remplir la 1ère ligne et faire le doublé tient de l'exploit. Où l'on s'aperçoit de la valeur de Jenson Button, qui avait annoncé fin 2008 que 2009 serait sa dernière année en cas de mauvais résultat. Poleman et leader impeccable, il a marqué plus de points qu'en 2007 et 2008, et a offert à la Grande Bretagne sa 200e victoire. Barrichello n'a pas concrétisé : le plus rapide en Q1 et Q2, battu par son équipier en Q3. Il a commis une faute en actionnant le bouton d'anti-calage au départ et a essayé de se refaire en s'infiltrant à l'intérieur du N.1, où Kovalainen l'a poussé. La BGP001 est solide et son aileron avant a aussi résisté à une attaque sans objet sur Räikkönen. L'accident Vettel/Kubica lui a rouvert les portes du podium.
McLaren - Hamilton P3, Kovalainen Ab
La MP4-24 n'est effectivement pas la machine de guerre rêvée comme l'équipe l'avait reconnu avant d'aller en Australie. "La voiture est incroyablement difficile à piloter, on était sur le fil du rasoir pendant toute la course. Je me suis senti aidé par la grâce de Dieu d'avoir pu la garder sur la piste", a résumé Hamilton, miraculeux 3e par le dépassement sur Rosberg au 53e tour, le clash Vettel/Kubica au 55e et le déclassement de Trulli (3e) après l'arrivée. Le samedi, le champion du monde se voyait mal parti pour vivre la Q3, et une boîte de vitesses récalcitrante en lui en a pas donné l'opportunité. De 15e, il a été rétrogradé de 5 places avant de remonter 18e suite au déclassement des Toyota. Kovalainen a plus souffert que l'Anglais aux essais et s'est auto-éliminé en rentrant dans Barrichello au N.1.
Toyota - Glock P4, Trulli P12
L'écurie japonaise pointe au 3e rang au Mondial Constructeurs et c'est bien là la seule lecture avantageuse que l'on peut faire de son week-end aux antipodes. Les TF109 ont bien fonctionné aux essais mais le volet supérieur de leurs ailerons arrière étaient trop flexibles et tant Timo Glock (6e) que Jarno Trulli (8e) ont été remisés par les commissaires en fond de grille ; et même des stands comme l'a choisi finalement l'écurie. L'Allemand a livré une belle bagarre à Alonso, qu'il a fini par gagner malgré le désavantage du KERS, et l'Italien s'est fait piégé par Hamilton lors de la neutralisation et le passant. Les 25 sec rajoutées à son temps de course l'ont fait dégringoler du podium. On noter les deux options au départ : "très tendre" et relais court pour Trulli, "medium" et relais long pour Glock.
Renault - Alonso P5, Piquet Ab

Les R29 ne sont pas sorties du lot. Alonso a échoué en Q2 (P12) et est parti deux crans au-dessus suite à la rétrogradation des Toyota. Une course à se battre contre Glock, qui eut le dernier mot. Pas content du KERS à l'arrivée. On se demande si le dispositif sera conservé en Malaisie. Le bilan est le même que Hamilton : sans les ennuis de Rosberg, Vettel, Kubica et Trulli, on l'aurait retrouvé quatre places plus bas. Hors des points en l'occurrence.
Piquet dans la continuité de 2008 hors du coup. Sorti dès la Q1 (17e). Il était 7e. "Les freins sont devenus fous. Je suis parti en tête-à-queue", a-t-il expliqué, à l'attaque de son 25e tour. L'écurie a officiellement abondé dans son sens tout en restant prudente sur les causes. On voit pourtant très vite beaucoup de choses à la télémétrie. L'équipe est persuadé qu'il aurait pu finir 2e.
Williams - Rosberg P6, Nakajima Ab
Rosberg a réalisé le meilleur chrono des essais libres 1, 2 et 3 puis a déchanté en pointant 5e à 0.7 sec de Button en qualif. 6e après la première vague de pit stops, il était encore 4e au 53e tour lorsque ses pneus "très tendre" monté au 44e tour ont flanché au 53e passage l'ont fait chuté au 9e rang. Grand bénéficiaire des épisodes Vettel/Kubica et Trulli. Nakajima très moyen 13e en qualif et dans le mur au 18e, sur une faute de pilotage (trop large, bordure et perte de contrôle de la FW31).
Toro Rosso - Buemi P7, Bourdais P8

Eliminé dès la Q1 (16e), le novice Sebastian Buemi a profité de la cohue du virage 1. "Il était 10e après un tour et a couru sans commettre de fautes, en défendant sa position, en ayant une bagarre intéressante avec Rosberg. Je pense que nous avons un très bon pilote dans notre binôme" : voilà ce que pense Franz Tost, le directeur sportif. Un bon point et même deux pour le Suisse, qui aura fait un peu mieux que Sébastien Bourdais pendant trois jours. Le Français a terminé dernier de la Q1 mais a bien exploité les situations et l'ultime coup de théâtre après l'arrivée. Melbourne s'est un peu rattrapé de 2008 en lui offrant 1 point alors qu'il était le premier non primé. Ça change tout dans l'approche de son début de saison mais il faut aussi être clair : Buemi a fait un peu mieux malgré la méconnaissance du matériel et l'inconnu du circuit.
Force India - Sutil P9, Fisichella P11
Vijay Mallya ne rêve plus : ses monoplaces soutenues par McLaren et Mercedes n'ont pas cassé la baraque en Q1 (Fisichella 18e, Sutil 19e). Sutil est passé par son stand dès le premier tour suite aux frictions du départ (aileron avant cassé sur la Red Bull de Webber). Il a expliqué qu'il était plus rapide que Heidfeld, sans toutefois avoir pu le passer. Un bon rythme en "medium". On ne cesse de le répéter : l'expérience est la consolation des pilotes moyens et elle ne leur sert qu'à éviter de répéter des erreurs stupides. Le problème est qu'après 213 départs, le Romain est capable de rater son stand lors d'un pit stop. Cet égarement lui a peut-être couté les points.
BMW - Heidfeld P10, Kubica Ab

Kubica a révélé une des faiblesses de la F1.09 en essais : sa sensibilité au grip pauvre. Le Polonais s'est plaint que Hamilton ait ramené de la poussière sur la piste après une sortie en essais libres et il a fait la même remarque au sujet de Rosberg en Q3, expliquant la perte de la 3e place sur la grille. "Kub" n'avait jamais vu l'arrivée à Melbourne et il a reporté ses espoirs sur 2010 après un accrochage au 55e tour avec Vettel (Red Bull), auquel il essayait de subtiliser la 2e place pour se lancer ensuite à l'assaut de Button (Brawn). Il était irrésistible et deux ou trois tours de plus lui aurait sans doute donné raison tant il dominait le peloton dans les derniers tours. A noter le bon parti tiré des "très tendre" en début de course, ce qui prouve les qualités de châssis de la F1.09. Heidfeld a fait du Heidfeld : alors que Kub était facile en Q2, il "ne s'est pas bien débrouillé" dans le money time (11e). Victime collatérale de la bousculade du virage N.1. Crevaison à l'arrière droit et dès lors hors du coup.
Red Bull - Webber P13, Vettel Ab
Sebastian Vettel faisait un constat à peine croyable aux essais : "Je suis surpris à quel point le feeling de la voiture est proche de celui de l'année dernière. Avec tous les changements de règles, c'est impressionnant ce que tous les gens ont fait". Pour le reste, le prodige a été égal à lui-même malgré le changement d'enseigne, c'est à dire le plus rapide en tournant moins que son coéquipier. 4 tours en libres 1 (hydraulique), 19 en libres 2 (par sa faute), 12 en libres 3 (panne) et 3e sur la grille... 2e mais en grande difficulté avec ses "très tendre", il opposait une résistance loyale à Kubica lorsque sa machine lui a échappé. Qu'on ne se trompe pas : il était dans son rôle et espérait à raison faire les trois derniers tours avec son bolide inconduisible. Ce professionnel de la survie l'a montré à maintes reprises l'an dernier, à Monaco et à Montréal en particulier. Il a dangereusement poursuivi sur trois roues : amende et moins 10 places sur la grille en Malaisie.
Des occasions encore manquées pour Mark Webber : dernier de la Q3, à 0.4 sec de Vettel, et fautif dans le N.1 : il avait perdu l'arrière de sa RB5 au freinage bien avant que Barrichello ne le percute. En faisant abstraction de Barrichello, il n'est pas sûr qu'il aurait pu sortir sans encombres du N.1. Il est rentré prendre un nouvel aileron avant et a poursuivi avec une aéro endommagée.
Ferrari : Massa Ab, Räikkönen Ab
Les gagnantes de Melbourne auraient pu être rouges si la Scuderia avait eu il y a quelques mois plus d'égards envers Ross Brawn. Le clan italien a voulu reprendre les affaires de l'écurie en main, et Jean Todt n'est plus là non plus. La présence de Michael Schumacher n'a pas évité le fiasco. La F60 n'a franchement rien d'exceptionnel. Massa et Räikkönen en queue de Q3 (7e et 9e) et invisibles à l'arrivée. Premier zéro pointé depuis l'ouverture du Mondial 1992. Après 5 tours, leurs "très tendre" étaient détruits, au contraire de ceux de Kubica (BMW), Alonso (Renault) et Hamilton (McLaren). Massa, 3e, a récupéré le coup grâce à la neutralisation (tours 18-24) mais un bris d'attache de suspension avant l'a stoppé. Même scenario pour Räikkönen, officiellement conduit dans le mur par un différentiel défaillant. Moins brillant encore en coulisses, où il a rechigné à faire son métier devant les medias, provoquant même un caméraman de TF1 en le bousculant.
Revenir en haut Aller en bas
http://manuvino.forumpro.fr
 
Melbourne team par team
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soul team par fadoo
» [CAB]Win-Mobile Team Pack for Touch HD2
» Appel à Design Team - saison 2010-2011
» Gillet Vertigo Team "Hobby 2000" pour l'EEC 2010 à Dison
» Team Peeta ou Team Gale ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGION ETRANGERE :: SPORT-
Sauter vers: